Romain Gary

Romain Gary, né Roman Kacew à Vilnius en 1914, est élevé par sa mère qui place en lui de grandes espérances, comme il le racontera dans La promesse de l’aube. Pauvre, « cosaque un peu tartare mâtiné de juif », il arrive en France à l’âge de quatorze ans et s’installe avec sa mère à Nice. Après des études de droit, il s’engage dans l’aviation et rejoint le général de Gaulle en 1940. Son premier roman, Éducation européenne, paraît avec succès en 1945 et révèle un grand conteur au style rude et poétique. La même année, il entre au Quai d’Orsay. Grâce à son métier de diplomate, il séjourne à Sofia, New York, Los Angeles, La Paz. En 1948, il publie Le grand vestiaire, et reçoit le prix Goncourt en 1956 pour Les racines du ciel. Consul à Los Angeles, il quitte la diplomatie en 1960, écrit Les oiseaux vont mourir au Pérou (Gloire à nos illustres pionniers) et épouse l’actrice Jean Seberg en 1963. Il fait paraître un roman humoristique, Lady L., se lance dans de vastes sagas : La comédie américaine et Frère Océan, rédige des scénarios et réalise deux films. Peu à peu les romans de Gary laissent percer son angoisse du déclin et de la vieillesse : Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable, Clair de femme. Jean Seberg se donne la mort en 1979. En 1980, Romain Gary fait paraître son dernier roman, Les cerfs-volants, avant de se suicider à Paris en décembre. Il laisse un document posthume où il révèle qu’il se dissimulait sous le nom d’Émile Ajar, auteur d’ouvrages majeurs : Gros-Câlin, La vie devant soi, qui a reçu le prix Goncourt en 1975, Pseudo et L’angoisse du roi Salomon.

Coups de cœur libraires/lecteurs

La promesse de l'aube - Romain Gary

« La promesse de l’aube » est donc cette histoire de l’amour vertigineux d’une mère pour son fils, qu’elle élève seule, souvent dans la pauvreté, d’abord en Pologne puis en France, à Nice, dans le seul et unique but d’en faire un Grand Homme. Un amour fou, colossal, infini, extravagant, théâtral, envahissant, exclusif, écrasant pour tout dire, mais profond et sincère. Avec un tel poids, une telle pression sur les épaules et sur son avenir, l’enfant puis l’adolescent aurait pu se rebeller, tout...

Les cerfs-volants

Romain Gary
Les cerfs-volants - Romain Gary

Je n’ai jamais lu un roman dans lequel tout sonne aussi juste, les mots, les phrases, les sentiments. Cette scène extraordinaire chez le coiffeur… Il n’y a pas les gentils Français d’un côté et les méchants nazis de l’autre, il y a des faux frères qu’on enverrait bien se faire pendre, et des meilleurs ennemis avec qui on trinquerait dans la cave du Clos Joli. Il y a de la fraternité à vous réconcilier avec le genre humain, de l’amour à vous faire chanter à tue-tête, de l’humour à vous fendre le...

Gros-Câlin

Romain Gary
Gros-Câlin - Romain Gary

Dans une grande ville pleine de déserts affectifs, Mr Cousin est rempli d’un grand vide et déborde d’un trop-plein d’amour et de tendresse à donner. Seul au milieu de dix millions d’habitants, il se fait remarquer en promenant Gros-Câlin, son python et exutoire adoptif. Il nous raconte ses aventures avec une sorte d’innocence bonhomme, en se berçant d’illusions et sans lamentation. Il ne faut pas être grand psy pour lire entre les courbes du python qu’il crève de solitude, caché derrière un...

31rst floor Lecteur

Lady L.

Romain Gary
Lady L. - Romain Gary

Au crépuscule de sa vie, la vieille Lady L. entreprend de raconter à son ami Sir Percy, son étonnante ascension dans la noblesse britannique. Car si on lui prête d’illustres ascendants, celle que l’on prénomme Diane a, en fait, des origines bien moins reluisantes. Fille d’un anarchiste alcoolique, la future Lady L. a passé son enfance à rêver de luxe. Maîtresse d’une figure de proue du mouvement libertaire, elle a manœuvré par dévouement à la cause. Mais ce dévouement n’a jamais été le sien...