Nouveauté

Le Peintre de la vie moderne

Texte extrait de Critique d’art suivi de Critique musicale (Folio essais)
« Pour le parfait flâneur, pour l’observateur passionné, c’est une immense jouissance que d’élire domicile dans le nombre, dans l’ondoyant, dans le mouvement, dans le fugitif et l’infini. Être hors de chez soi, et pourtant se sentir partout chez soi ; voir le monde, être au centre du monde et rester caché au monde, tels sont quelques-uns des moindres plaisirs de ces esprits indépendants, passionnés, impartiaux, que la langue ne peut que maladroitement définir. L’observateur est un prince qui jouit partout de son incognito. »

Dans ce texte de 1863, Baudelaire, en critique d’art, porte son regard sur l’œuvre de son contemporain, le peintre Constantin Guys. Un regard que traverse un dessein propre au poète du spleen : en « extraire la veine battante du moderne. » (Henri Scepi)
Genre littéraire
Romans et récits
Époque
XIXe siècle
Acheter
Détails
112 pages - 108 x 178 mm
EAN
9782073048127
Date de parution
Editeur :
Henri Scepi
Collection

Feuilleter