Akira Mizubayashi

Époque : XXe-XXIe siècle
Pays : JAPON

Écrivain et traducteur japonais, Akira Mizubayashi est né en 1951. Après des études à l’université nationale des langues et civilisations étrangères de Tokyo (Unalcet), il part pour la France en 1973 et suit à l’université Paul Valéry de Montpellier une formation pédagogique pour devenir professeur de français (langue étrangère). Il revient à Tokyo en 1976, fait une maîtrise de lettres modernes, puis, en 1979 revient en France comme élève de l’Ecole Normale Supérieure. Depuis 1983, il enseigne le français à Tokyo, successivement à l’université Meiji, à l’Unalcet et, depuis 2006, à l’université Sophia. Une langue venue d’ailleurs (2011) a reçu de l’Association des écrivains de langue française le Prix littéraire de l'Asie 2011, de l’Académie française le Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises 2011 et du Richelieu international-Europe le Prix littéraire Richelieu de la francophonie 2013. Mélodie, Chronique d’une passion (2013) a obtenu le Prix littéraire 30 Millions d'amis 2013 et le Prix littéraire de la Société Centrale Canine 2013.

Dernière mise à jour : 17/09/2015
Dans les médias

« Véritable leçon de construction - au sens musical du terme -, Reine de cœur révèle habilement tous ses secrets au fil du récit (jusqu’à son final étonnant), dans un style à la fois simple et précis. Un peu comme le meilleur Haruki Murakami, auquel il rend d'ailleurs hommage. Que voulez-vous, Akira Mizubayashi sait bien qu’il ne faut pas trop tirer sur les cordes… »
Baptiste Liger, Lire Magazine Littéraire

« Reine de cœur est construit comme une symphonie, par mouvements, analogue en cela à la Huitième de Chostakovitch qui court tout le long du récit : cette œuvre du compositeur soviétique est un hymne à la paix, contre la guerre qui bouleversa tant la vie de Jun et Anna. Symbole de l’art qui répond aux fracas de l’histoire, elle est en l’espèce un point d’orgue du roman. On est saisi. »
Étienne de Montety, Le Figaro Littéraire

« Voilà un roman qui emprunte à la symphonie l’exigence de sa composition, chacun des nombreux personnages jouant sa partition, tantôt soliste, tantôt composante d’un plus vaste ensemble. Après le sublime Âme brisée, le japonais Akira Mizubayashi témoigne dans ce roman de son amour et de sa maîtrise de notre langue, qu’il semble avoir choisie, à l’instar de Jun dans ses carnets, pour dénoncer la folie des hommes. »
Laëtitia Favro, Le Journal du Dimanche

« Avec son sillage de destins brisés, la Seconde Guerre mondiale hante le Japonais Akira Mizubayashi, qui lui consacre un nouveau roman, écrit en français par cet amoureux de notre langue, passionné de musique classique. »
Victorine de Oliveira, La vie

Prix littéraires
  • Prix des Libraires 2020
  • Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises 2011
Dernières Parutions
Akira Mizubayashi

Âme brisée

Akira Mizubayashi

Un amour de Mille-Ans

Akira Mizubayashi

Mélodie

Site Folio Coup de coeur