Claire Castillon

Époque : XXIe siècle
À 25 ans, après des études littéraires, Claire Castillon publie son premier livre, Le Grenier, suivi de Je prends racine un an plus tard. Depuis, elle écrit de nombreux ouvrages pour adultes et pour la jeunesse. Tous les matins depuis hier (2013) est son premier roman jeunesse. Elle aime beaucoup le silence et les grands espaces. Quand elle ne gravit pas une montagne, elle vit en lisière de forêt et promène son chien aux oreilles aussi longues que celles de Dumbo. C'est peut- être cette bizarrerie qu'elle aime le plus chez lui. Ses personnages aussi ont des différences. Une jambe trop courte, un cœur trop gros, une âme fendue. Claire Castillon aime les inviter à se réfugier dans ses romans. Quand elle n'écrit pas, elle note les mots d'enfant de sa fille. On ne sait jamais, ils pourraient un jour lui servir de titre !
Son œuvre est à présent traduite en de nombreuses langues.
Dernière mise à jour : 08/12/2201
Dans les médias

« Le dernier livre de Claire Castillon n’est pas un roman, c’est un kidnapping. Celui d’une femme, enlevée à elle-même par un homme fascinant mais pervers. Il brille, elle y voit un astre mais c’est en réalité un trou noir.  Une histoire racontée par la petite fille de la mère qui elle, ne voit dans ce personnage, qu’une loupiotte folle.  Et nous décrit le naufrage, souvent drôle, de cette amoureuse, narcosée par sa passion. Un « page turner » redoutable. »
Francine Kreiss, Paris Match

« De roman en roman, Claire Castillon nous entraîne dans l’univers de l’emprise et de l’automatisme mental. Ici, il est question de l’emprise psychologique d’un homme sur une femme, un homme qui vit par procuration et lance ses filets de préférence sur une femme seule, cible molle. »
Valérie Rodrigue, Marie-France

« Ce n'est pas la première fois que la littérature s'empare du phénomène de l'emprise. Mais le raconter à hauteur d'enfant donne toute sa force à ce récit. Cette petite victime par ricochet, qui non seulement se voit elle-même manipulée, mais, en plus de ça, souffre de voir sa mère meurtrie, touche au cœur. Le tout écrit d'une plume qui caresse la mélancolie de l'enfance. »
Sarah Gandillot, Causette

« Un couple toxique avec un homme pervers qui manipule sa compagne doucement sous le regard curieux et ambivalent de la fillette, jusqu'à l'effondrement de sa mère. […] Lire un roman de Claire Castillon, c'est accepter d'être bousculé, choqué. Derrière une écriture féroce, se cache une vraie finesse psychologique. »
Page des Libraires 

Dernières Parutions
Claire Castillon

Marche blanche

Claire Castillon

Ma grande