Henri Barbusse

Époque : XXe siècle

Henri Barbusse est né en 1873 à Asnières-sur-Seine. Diplômé d’une licence ès lettre, il eut pour professeur Stéphane Mallarmé et Henri Bergson. Il se passionne très tôt pour l’écriture et envoie ses poèmes à L’Écho de Paris littéraire illustré, revue dirigée par Catulle Mendès, dont il épousera la fille, Hélyonne, en 1898. Pleureuses (1895), un recueil de poèmes remarqué, lui ouvre les portes du Paris littéraire de l’époque. Il poursuit son œuvre poétique avec Les Suppliants (1903) et fait publier un roman, L’enfer (1908), qui met en scène un ouvrier prisonnier de la solitude et de la misère. Lorsqu’éclate la grande guerre, Barbusse, philanthrope, s’engage dans l’armée française. Il s’y distingue par sa bravoure et reçoit la Croix de guerre avant d’être réformé en 1917. Il relate l’horreur des tranchées et de la guerre dans Le feu (1916), qui reçoit le prix Goncourt la même année, puis dans Clarté (1919). Henri Barbusse rallie le parti communiste, radicalise peu à peu son discours et rencontre en 1933 Staline sur qui il écrira un livre. Lors de ses voyages en Europe et aux États-Unis, Henri Barbusse prône la paix et la justice sociale, dénonce les régimes fasciste et nazi. Il organise le « Congrès des écrivains pour la défense de la culture » à Paris puis se rend à Moscou où il meurt en août 1935, tandis que ce déroule le VIIème Congrès de l’Internationale communiste. Il repose au Père Lachaise, face au mur des Fédérés. 

Dernière mise à jour : 17/09/2015
Prix littéraires
  • Prix Goncourt 1916
Dernières Parutions
Henri Barbusse

Le feu

Henri Barbusse

Le feu

Site Folio Coup de coeur