Guy Goffette

Guy Goffette

Grand prix de Poésie de l'Académie française (2001)

Prix Félix-Denayer de l'Académie royale de Belgique (2001)

Prix Goncourt de la Poésie (2010)

Époque : XXe-XXIe siècle
Pays : BELGIQUE
Photo Catherine Hélie © Éditions Gallimard

Guy Goffette est né en 1947 à Jamoigne en Lorraine belge. Enfance buissonnière dans les collines, suivie de longues années d’internat dans des institutions religieuses, qui avivent son goût de la liberté. En 1969, il se marie, fonde une famille, bâtit sa maison et entre dans l’enseignement qui le retiendra longtemps (Éloge pour une cuisine de province). Avec quelques amis, comme lui brasseurs de nuages, il crée en 1980 une revue de poésie, Triangle, qui comprendra douze numéros et trois ans plus tard, les cahiers de L’Apprentypographe, qu’il compose et imprime à la main. Cette double aventure s’arrête en 1987 pour faire place aux voyages – Yougoslavie, Roumanie, Québec, entre autres – qui nourriront peu à peu l’œuvre en cours, tandis que cèdent les premières attaches, révélant un quotidien qui se délite et une mélancolie croissante dont La vie promise (1991) et Le pêcheur d’eau (1995) se font l’écho. Un temps libraire, il finit par s’en aller sur les routes avec le vent. Poète avant toute chose, même lorsqu’il écrit en prose, son écriture est limpide, évidente. Ses poèmes évoquent l’enfance, l’avancée inéluctable du temps, la nostalgie, la difficulté d’aimer, l’immensité des rêves. Guy Goffette a publié une vingtaine de recueils de poèmes, notamment Partance et autres lieux suivi de Nema problema (2000) pour lequel il a obtenu le prix Valéry Larbaud,  Un manteau de fortune (2001), ou encore L’adieu aux lisières (2007), ainsi que deux biographies poétiques : sur Verlaine (Verlaine d’ardoise et de pluie en 1996) et Elle, par bonheur et toujours nue, sur le peintre Bonnard.  Il a aussi publié des romans, comme Un été autour du cou, récit sur l’initiation sexuelle d’un jeune homme de la campagne, qui n’est pas sans rappeler l’auteur. Amoureux des femmes, il n’a pas son pareil pour évoquer leur beauté et leur sensualité (Presqu’elles, collection Blanche, 2009).En 2001, Guy Goffette reçoit le Grand Prix de poésie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre ; en 2010, le prix Goncourt de la poésie.

Dernière mise à jour : 17/09/2015
Prix littéraires
  • Prix Max-Jacob 2017
Dernières Parutions